21 mai 2016

La Théorie de la Tartine - Titiou Lecoq




Cher(e)s Christophe, Marianne et Paul,

J'avais beaucoup aimé un autre roman de votre auteure, Sans Télé, On Ressent Davantage Le Froid, aussi quand je vous ai vu chez mon libraire, je me suis dit "Aller Ploufette, ça peut être vachement cool!". J'avoue que je ne me suis même pas attardée sur le résumé, hop, c'était acheté.


En plus, je suis trop émue, c'est ma première chronique de livre d'adulte et tout hihihi je suis touchée lala (ou pas). En plus elle raconte n'importe quoi la nana, la première chronique d'adulte c'était le polar à Yaourt tsss.
Sinon, il faut aussi savoir, et je pense que cet important pour l'histoire, que Titiou Lecoq est une blogueuse des Internets, et ce depuis quelques années déjà, c'est donc un sujet qu'elle maîtrise bien. 

Le pitch : C'est l'histoire de trois personnes et de l'Internet (ouais non mais vraiment, j'estime qu'il y a vraiment quatre protagonistes). On est en 2006, Youtube vient d'être créé, Facebook et Twitter ne sont sûrement qu'à l'état de balbutiements. Et là c'est le drame, une jeune fille se retrouve affichée sur une vidéo tout à fait pornographique par son ex. Cette drôle (non) aventure lui fait rencontrer Christophe, jeune père de famille qui tient un webzine et Paul, un jeune hacker en total conflit avec ses parents. On suit donc leurs vies, leurs amours, leurs emmerdes toujours de près ou de loin liés au monde de l'Internet. Puis on les retrouve 9 ans plus tard, copains partageant toujours leurs amours, mais surtout il faut bien le dire, leurs emmerdes. Haaa la grande famille de l'Internet.



Et sinon qu'est ce que j'en pense? Ok, j'avoue, je l'ai littéralement dévoré. En deux jours, pfft c'était plié. Et je précise que dans ce laps de temps je venais d'avoir un chaton (pas par mes voies naturelles allooons, je l'ai adopté rrroh tout de suiiite) et que c'est du boulot quand ça griffe le canap' donc voilà c'est UNE PUTAIN DE PERFORMANCE et si t'es pas d'accord je te lance mon chat dans ta petite tête de pas content. Je me suis perdue là non? DONC. J'ai passé un bon moment, et j'avoue que je me suis pas mal identifiée à Marianne qui elle même me faisait penser au personnage principal de Sans Télé, On Ressent Davantage Le Froid. La lecture est plaisante, parfois crue il faut bien le dire, mais jamais sans que ça ne nuise à l'histoire, c'est parfois drôle, c'est parfois triste et c'est surtout très cynique. En résumé, je dirais que c'est une réflexion douce amer sur l'internet de l'époque, ce grand inconnu, cet El Dorado, ce Far West où tout était à découvrir et à créer (ouais t'as vu c'te métaphore de ouf).


Pas ce genre d'internet là, QUOIQUE ce gif est vachement à propos en fait

Les trucs trop cools : J'aime beaucoup l'écriture de Titiou Lecoq (ouais je sais je me répète). Elle est directe, franche et clairement elle ne nous prend jamais pour des lecteurs teubés. L'idée de l'ellipse était bien trouvée surtout quand on parle d'Internet et qu'on voit à la vitesse à laquelle ça a évolué en même pas dix ans. Je pense que je me suis aussi bien reconnue dans cette histoire aussi parce que je fais parti de cette génération, qui n'est pas née avec Internet mais a grandi avec. Clairement je ne pense pas que ma Maman se sente très concernée par l'histoire par exemple.

Les trucs qui étaient moins cools : J'ai trouvé vraiment dommage de n'avoir qu'un portrait négatif de l'Internet. Enfin, je l'ai compris comme ça. Internet c'était mieux avant. Alors certes en effet, après la lecture du bouquin je suis allée vider mes cookies mais quand même, accessibilité au plus grand nombre ne veut pas dire que ça perd en qualité. L'immobilisme des protagonistes m'a un peu dérangé parfois, finalement, en neuf ans ils ont fait comme une boucle, rien n'a vraiment changé (ça m'a un peu rappelé le perso de Oscar Isaac dans Inside Llewyn Davis, où il avance, mais réellement tout avance autour de lui).

La phrase de fin : C'était un chouette bouquin, mais je préfère quand même Sans Télé, On Ressent Davantage Le Froid, bien que les histoire de Titiou Lecoq ne soient jamais vraiment très optimistes, j'ai trouvé que celle était tout de même relativement sombre. Les pauvres persos s'en prennent vraiment plein la tronche en permanence et j'ai eu un peu mal au cœur pour eux et j'aurais aimé que des fois ils soient un peu vraiment heureux et pas que paumés heureux (oui je suis un petit être sensible, OUI MADAME).


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Merci pour votre passage et vos petits mots ♥