15 mars 2019

Carnet de Meyzieu.

© Pascal Casolari

Ce week end, à quelques kilomètres de chez moi (14,9 km pour les névrosés de la précision (moi)), s'est tenu le Festival des cultures de l'imaginaire, j'ai nommé (enfin pas moi personnellement, c'est une formulation, et je me demande bien pourquoi je prends le temps de préciser vu que je suis à peu près certaine que tout le monde avait bien capté sans cette parenthèse (on va dire que c'est pour mon Lecteur Aléatoire, qui est un peu mou du bulbe aujourd'hui)) : les Oniriques. Je m'arrête deux secondes pour baver devant la beauté de l'affiche...
Allez hop voilà.
Et c'est merveilleusement bien accompagnée que je m'y suis rendue, parce que j'ai trop du bol que des gens trop tops me supportent/me tolèrent plus d'une heure sans m'assommer (après je ne dis pas que l'envie n'était pas là, mais je remercie tout le monde de ne pas avoir mis ce plan à exécution).
Vous êtes ready pour 3 jours de folie, de retournement de situations incroyables et d'aventures extraordinaires (il se pourrait tout de même que je survende un peu tout ça) ?
Alors bouclez vos ceintures, vazy Marty, on se dirige à Meyzieu, au 8 Mars 2019 !

P.S : c'est un peu long, je vous conseille le breuvage et l'aliment au cas où.
C'est avec ma petite Cha sous le bras (ceci est une blague, aucune Cha n'a été maltraitée au cours de ces trois jours) que j'ai atterri à Meyzieu. Enfin, si tant est qu'un tram atterri.
Armées de notre meilleur plan (Madame GPS), nous nous dirigeâmes vers la médiathèque (et ça sera le seul verbe au passé simple que vous croiserez dans cet article, c'était juste histoire de marquer le coup).
Nous décidons quand même de faire une halte avant d'arriver pour nous sustenter (même pas arrivées qu'on bouffe déjà) et nous nous arrêtons dans une boulangerie où je pique la quiche de Cha sans faire exprès parce que je suis une horrible personne qui comprend rien. Elle se rabat donc sur des pains au chocolat qu'elle prend en quantité au vu d'une offre promotionnelle et qu'elle passera le week end a essayer de nous refiler (non mais j'assume, si j'avais pas pris la quiche aux champignons, ça ne serait pas arrivé).


Après nous être bien rempli le bidon, on file à la médiathèque, vu que bon, c'était quand même là où se déroulait le festival (mais je suis sûre que dans une dimension parallèle, une Plouf écrit en ce moment sur son blog : 'après avoir mangé notre quiche, on est rentrée à la maison, voilà, fin').
On s’assoit sur un banc dehors. Puis on rentre dans la médiathèque, puis on ressort aussi sec après avoir récupéré un marque page. Les filles pas indécises. On finit par faire la queue devant la cahute spéciale sur inscription vu qu'on avait pour projet de s'inscrire à l'escape game organisé par le festival. Et bah, croyez le ou non, mais après 25 minutes de queue, on finit par obtenir nos places pour le créneau de 18h ce jour là. Ouais, même pas en difficulté ni rien.
Après je suis sûre que c'est parce qu'à ce moment là Kin et Kara nous ont rejoint et qu'elles ont contré notre poisse habituelle. Comme d'habitude elles ont surgi telle des petits quokkas bondissants et c'était bien trop cool de les retrouver ♥

Maintenant que j'y pense, on pourrait faire une comparaison entre nous 4 et 4 petits hobbits. Les deux neuneus (Pippin et Merry), c'est Cha et moi, et je laisse le choix à Kin et Kara pour déterminer qui est Frodo et qui est Sam. Voilà pour la digression.

Donc la Compagnie des joyeux hobbits (ou les Quatre pains au chocolat de l'apocalypse (mais c'est plus long à écrire (et vous aurez la réponse à cette question de ouf que je vous entends vous poser "les quatre pains de quoikess ? Mais qu'est c'qu'il y avait dans ces foutus pains ?! (le début de la réponse se trouve à la fin de cet article et la fin de la réponse est : rien du tout, c'est ça le pire, c'est notre état naturel, on a même pas besoin de se forcer (est ce que toutes ces parenthèses sont claires ? Est ce que je n'ai pas perdu tout le monde après l'apocalypse ? (pour les gens qui auraient un humour plus fin que le mien (tout le monde) il y a un jeu de mot) et avec toutes ces parenthèses on ne sait même plus ce que je disais au début de la phrase, pour ceux qui s'inquiétaient que je me sois faite enlever par des extraterrestres (bien peu d'entre vous je l'admets), vous voilà rassurés, c'est bien la cinglée aux parenthèses qui écrit))))) finit par pénétrer pour de vrai dans la médiathèque (toutes ces parenthèses pour un pauvre bout de phrase, tout ça pour ça, franchement je sais pas qui écrit ça mais elle devrait avoir honte).
Au programme de ces quelques heures intenses : achat raisonné (non mais sérieux, je vous assure, POUR DE VRAI !), visite de la médiathèque avec option prise de vertige pour Cha lors de notre grimpée au deuxième étage (ouais c'est pas du vertige à la p'tite semaine, on est sur haut niveau (hahaha) de vertige là), geekage sur des tablettes mises à dispo pour les enfants (me regardez pas comme ça, tout le monde sait quel age on a dans notre tête), participation à une conférence (enfin, 'participation' ça veut dire qu'on était présentes pour écouter quoi) et surtout surtout, le gros moment de cette première journée, notre fierté, notre plus belle réalisation : ON A FAIT DU COLORIAGE.
Vous nous auriez vu, ça faisait un moment qu'on tournait autour d'un coloriage géant et qu'on rouspétait parce que ça avait l'air réservé aux enfants quand soudain une fée (une bénévole) nous a dit qu'on pouvait nous aussi colorier. Comme dirait l'autre "say no more", on a pris les feutres, et brraaaah (clique pour agrandir) :

Nessie a fait la fierté de Cha. Et au loin on aperçoit l’Œil de Sauron. Parce qu'on est
des hobbits joufflus ? Peut être.

Et bien entendu, qui dit Œil de Sauron dit Montagne du Destin. Vous pouvez distinguer 2 hobbits, 1 Gollum, 2 Aigles et 2 montures de Nazgûls (dont une verte). Et aussi un téléphérique. Qui aurait cru que le Mordor était si bien desservi ?

C'est pas trop beau sérieux ?

Après cette merveilleuse réalisation, on est donc allées voir la conférence qui portait sur la création des mondes de fantasy et où il est possible que nous ayons été un peu dissipées (mais absolument discrètes (la faute à une photo non contractuelle et à une mèche (il nous en faut pas beaucoup)).
Et bien que ce fut tout à fait intéressant, on a dû malheureusement écourter pour nous rendre à l'escape game car il était 18h ! Et oui ! Même pas en retard, on n'a pas non plus oublié, franchement, c'est presque même pas drôle. Encore une fois, je pense que la présence de Sam et Frodo a joué. Rendons aux deux hobbits marchant vers le Mordor ce qui est aux deux hobb- bref vous avez compris.
Alors ça n'a pas été une réussite à fond, vu qu'on a trouvé 3 codes sur 4, mais la dame nous a dit qu'on était le groupe qui avait le mieux réussi dans la défaite. Et que c'était trop chelou parce qu'on avait fait le plus dur. Ce qui veut encore une fois dire qu'on a la cerveau pas monté comme les autres.
Et après, c'est le moment un peu lose du jour (il en fallait forcément un, même le swag de Kin et Kara pouvait pas annuler toute notre poisse), on s'est fait recaler comme des crottes par la sécurité lorsqu'on a voulu rerentrer dans la médiathèque (l'escape game se passait dans une installation juste à côté) parce que le monsieur de l'entrée voulait pas qu'on rentre écouter chanter des gosses et le discours du maire (on voulait surtout éventuellement tenter de piquer un bout de paté croute mais là n'est pas la question). On a tenté le marchandage, la manipulation, le supplice, le chantage et MÊME notre plus beau sourire, le monsieur n'a rien voulu savoir (ils sont durs à corrompre à Meyzieu apparemment), alors on est parties manger une pizza.
Bien que la mienne avait un petit bout qui avait disparu (?), c'était bon et c'était chouette de terminer la soirée avec du papotage avec les copines ♥
Après cela, on est rentrées à la maison (et Kara et Kin à l'hôtel) vite se remettre de nos émotions en vue de la journée du lendemain.

Quand tu t'interroges sur les aventures du lendemain.
Debout relativement tôt ce jour-là, pour retrouver l'adorable Nolwenn a mi-parcours de tram, j'ai réussi à paumer mon ticket de transport entre le métro et le tram. Je ne suis pas une personne du matin. C'est ma seule excuse.
On s'est rendues toutes les trois à la Maison des Associations (l'autre place to be du festival) où Nolwenn devait faire une interview de Manon Fargetton pour le PLIB à 10h.
Bon quelques couacs d'organisation ont un peu retardé le truc (genre l'absence de clé pour ouvrir la salle, par exemple, c'est vrai que ça limite), mais ça nous a permis de rencontrer le Rat Bouquine, la binôme d'interview de Nolwenn qui est une personne hyper chouette ! La salle a fini par ouvrir et on les a laissé pour l'interview, nous on est parties retrouver nos deux autres hobbits !
On voulait tenter le photocall SteamPunk mais c'était un peu trop exposé pour nous (jeu de mots photographique hahahahaha) et après avoir un peu tourné au rez de chaussé et nous être perdues dans une faille spatio-temporelle (ça veut dire que je me souviens plus de ce qu'on a fait), on a fini par remonter à la salle des interviews et je sais pas trop comment on s'est débrouillées mais on s'est retrouvées à s'installer et à suivre l'interview d'Estelle Faye (oui bon, ça a l'air clair comme ça, mais je vous jure, sur le moment c'était moins évident).
L'interview était vraiment top, cette autrice est hyper intéressante (et si vous êtes curieux, toutes les interviews ont été filmées et sont/vont être mises en ligne sur la chaîne du PLIB) ! En en plus on a retrouvé Coliiiiine et c'était carrément trop bien parce qu'elle est carrément trop bien ! ♥
Par la suite, on est allées s'acheter de quoi faire un petit gouter de pré-midi et il s'est avéré qu'on a tellement craqué notre slip en gâteaux que ça a fait notre repas de midi (des hobbits je vous dis ).


Mais c'est pas d'notre faute, c'était des gâteaux d'antan, et on voulait tout gouter. Mention spéciale à la crotte de dino, qui nous a enchanté autant par son blaze que par son gout.
Et pendant notre petite pause mangeage c'est Book in Blood qui nous a rejoint et c'était méga trop chouette de la rencontrer parce que cette fille est bien trop pipou. S'en est suivi un petit tour dans la médiathèque et à l'étage pour vérifier la progression de notre coloriage et on a retrouvé Nolwenn et le Rat Bouquine qui étaient parties acheter du miam miam (du vrai repas de midi, pas des gâteaux pour enfants).
Et là, allez savoir comment on s'est débrouillées (encore une fois, ça veut dire que je me souviens plus) mais on est tombées sur un barnum inoccupé dans lequel on s'est donc posées pour manger et discuter pendant un moment (on a perdu Cha et Coline qui était parties s'acheter à manger pendant tellement longtemps qu'on a failli mourir de vieillesse) et on a fait la rencontre d'Amandine, de Sofya et de Very Important Book ! Tout plein de chouettes personnes, je vous raconte pas la super ambiance de la journée ♥

 
Après la pause repas-dans-notre-barnum, on s'est toute rendues à l'interview d'Olivier Gay, parce que, pourquoi pas ? C'était une interview assez sympa mis à part ses petits lapsus 'journée internationale de la femme' (toutes les personnes présentes dans la salle à ce moment là ont lâché dans un petit ruminement 'journée internationale des droits de la femme' (on pouvait pas trop gueuler à cause du filmage de l'interview)).
L'interview finie, on est parties faire la queue pour Christelle Dabos, mais découragées par le monde, avec Cha on a abandonné et on est parties faire les zozos avec nos deux petits hobbits préférés (Kara et Kin pour les deux du fond qui suivent pas).
On a tenté de refiler des flyers du PLIB à des gens au pif, mais on a fini par juste les filer à nos copains (on avait trop peur de parler à des inconnus).
On est allées faire un tour du côté du stand du Chat Noir où Cha et moi avions craqué un peu plus tôt dans la journée pour les deux premiers exemplaires du tome 2 des Chroniques Homérides d'Allison Germain (on avait lu le premier l'année dernière), qui était dispo en avant première aux Oniriques (il ne sort que début Avril 'pour de vrai'), on était bien contentes et on se l'est un peu pété sur Instagram (enfin surtout moi).
Enfin tout ça pour dire qu'à côté du stand du Chat Noir se trouvait celui des Editions Armada et surtout Fanny Liabeuf (aka Naïki) que j'avais déjà rencontrée aux Imaginales l'année dernière et dont j'étais tombée amoureuse du travail. Du coup j'étais trop ravie de la revoir et je lui ai acheté un artbook et une carte que je vais m'empresser d'accrocher à côté de celles que je lui avais pris à Epinal !

Du caméléon et du talent partout ♥

Et voilà pour mes achats du jour, je vous dis, ce festival ça a été le pompon de la raisonnabilité (j'attends pas de vous que vous m'applaudissiez, un petit hochement fier de tête me conviendra) ! Ensuite on a fait une petite pause, dehors parce qu'il commençait un peu à faire étouffant dedans.
Voilà. Écoutez, on peut pas toujours être tout le temps à fond, on a aussi besoin de moments où on dit des conneries le cul sur un banc.

Faut juste remplacer les pintes par de l'ice tea et du coca.

On a dû dire au revoir à Book in Blood (tristesse) et vers 17h30 on est montées dans la salle spéciale PLIB où les 5 finalistes allaient être annoncés.
Trop de suspense, j'avais pourtant essayé de faire cracher le morceau à Coline toute la journée, mais elle est trop rusée pour se faire avoir.
Après tant d'attente voilààà les 5 élus pour les curieux :
- Terre de Brume de Cindy Van Wilder
- Comment le dire à la Nuit de Vincent Tassy
- Rouille de Floriane Soulas
- La Fille qui Tressait les Nuages de Céline Chevet
- Le Dieu Oiseau de Aurélie Wellenstein
Autant vous dire que je suis ravie puisque c'est bien quatre des cinq livres que j'avais choisi qui sont arrivés finalistes ! En plus je les ai tous lu, et il ne m'en reste que deux à chroniquer sur le blog ! Tiptopmoumoute.
Après l'annonce on a dit au revoir aux copines-du-samedi (tristesse bis) et la Compagnie des joyeux hobbits s'est rendue à la Maison des Associations pour participer à la dernière activité de la journée : un quiz sur le thème de la fantasy.
Comme il nous fallait un nom nous avons choisi en toute simplicité "les quatre pains au chocolat de l'apocalypse" (d'où ce nom au début, voilà, vous savez tout à présent (d'ailleurs je signale qu'à ce moment là, il restait toujours 3 pains au chocolat dans le sac de Cha, malgré tous ses efforts pour nous les refiler)). Et bon autant dire qu'heureusement qu'il y avait Kara et Kin parce que Merry et Pippin sont pas les plus doués manifestement (entre notre absence de connaissance et de mémoire, on aurait été mal barrées toutes les deux). On est pas arrivées dans les 4 finalistes mais on s'est bien marrées et c'est bien le plus important. Ensuite Sam et Frodo ont dû rentrer à Hobbitbourg et nous on était très tristes.

Au moins tristes comme ça.

Pour terminer la soirée, j'ai trainé Cha chez mes amis les plus cinglés proches et elle a été adorable et ne s'est même pas enfuie en courant. Après cette éprouvante épreuve on est rentrées à la maison et au lieu de se coucher, on a décidé que c'était le moment de retourner ma bibliothèque pour faire un "first sentence challenge". On s'est bien amusées, maintenant est ce que le challenge prendra forme écrite sur le blog ? Personne ne le sait, surtout pas nous (pour l'instant c'est sous forme d'enregistrement audio, ça reste entre nous et ça nous fait rigoler et c'est déjà beaucoup). Puis comme c'était pas loin de 2h du mat' on est allées se pieuter.
Le troisième jour a été un peu dur pour la Plouf que je suis. Après avoir mangé les pains au chocolat de Cha (ouiiiii finalement ils ont été mangéééé !) on s'est doucement dirigées vers Meyzieu (j'ai même pas perdu mon ticket cette fois, encore une victoire de canard !), bien décidées à obtenir une dédicace de Christelle Dabos.
On s'est d'abord rendues à une conférence plutôt intéressante qui s'appelait "illustrer les cités perdues" et on a bavé pendant une heure devant le talent des gens.

Nous pendant une heure.
 
La conférence finie, on a couru (c'est une métaphore, en vrai on a vaguement marché vite) dans la file pour Christelle Dabos et miracle, après l'échec de Montreuil 2017 et des Imaginales, on a eu notre dédicaaaace ! Ouiiiii !
Elle était absolument adorable (Christelle Dabos, pas la dédicace (bien que la dédicace aussi, maintenant que j'y pense)) et on a essayé de parier sur la couleur du dernier tome (j'hésite personnellement entre violet et rouge) et on a même pas trop dit n'importe quoi, je suis assez fière de nous.
Juste à côté se trouvait Estelle Faye avec qui on s'est arrêtées pour tailler le bout de gras (je sais, je sais, cette expression est interdite depuis 1822). Cette personne est bien trop chouette et passionnante. Dans la foulée on a acheté un livre chacune, qu'on s'est fait dédicacer. Franchement, un achat par jour (ou presque), ça y est, on est rentrées dans la maturité raisonnablesque (ou alors on commence à se prendre des angoisses de PaL/bibliothèques bien trop remplies, au choix (on va dire les deux, histoire que tout le monde soit content)) !
Puis on est tranquillement rentrées avec la satisfaction du devoir accompli.


Le lundi j'ai dit au revoir à Cha et bonjour à un mal de bidou, c'est vous dire la lose de la journée.

Moi.

VOILA. C'était trois jours dans la vie de Cha et de Plouf (et un peu de Kin et Kara aussi) !
Déjà, je m'excuse pour les quantités industrielles de parenthèses utilisées dans cet article, le pire c'est que je peux même pas promettre que je le referai plus, je me connais.
C'était trois jours à paillettes, j'ai essayé de retranscrire mon enthousiasme (un peu trop) débordant tout en essayant de dire des choses qui avaient du sens, c'était un sacré challenge, j'espère que j'ai à peu près réussi !
Il est possible que j'ai oublié des trucs ou que j'ai inversé un peu la temporalité parce que j'ai la mémoire en gruyère et qu'en plus il se passait tout le temps plein de trucs trop chouette, je laisse les gens qui étaient présents me contredire avec ferveur dans les commentaires !

J'imagine les gens normaux passer dans les commentaires.

Et pour faire une petite conclusion bien nian-nian (avoue Lecteur Aléatoire, tu les aimes bien les conclusion nian-nian toi aussi) : des fois l'internet ça fait ressortir le pire des gens et c'est tout nul. Et des fois ça permet des rencontres avec des personnes absolument géniales avec qui tu échanges avec passion, avec qui tu fais des coloriages et tu manges des pizzas, avec qui tu te paumes (ou pas), avec qui tu te dis que c'est judicieux de sortir la moitié des livres de ta bibliothèque à minuit passé, avec qui tu compares tes craquages livresques et qui te font te dire que l'internet c'est aussi méga méga cool.
Alors merci l'internet, merci les filles pour votre bonne humeur ces trois jours et à très vite pour de prochaines aventures ! ♥

Aux Imaginales bebey ♥

1 mars 2019

Le petit billet d'humeur mensuel #21

https://ploufquilit.blogspot.com/2019/03/petit-billet-dhumeur-mensuel-21.html

Février, le plein de vitamine D et le mois en accéléré.


Comme d'habitude, le mois de Février est passé plus vite qu'une étoile filante. Ah et bonjour ! Non mais ce mois à 28 jours là, pas le temps de capter qu'on est en Février, que pof ! c'est déjà fini. Après c'est une galère pour écrire mon bilan parce que je sais plus ce qui s'est passé en Janvier ou en Février (rapport au fait que j'ai une mémoire relativement défaillante). Voilà pour l'introduction, passons tout de suite au plat de résistance, histoire que vous ne soyez pas mort de vieillesse d'ici la fin de ce bilan.

C'est que j'ai pas l'impression que tout le monde soit passionné-passionné.

📚
Les chiffres du mois

5 : articles publiés sur le blog ce mois. Ce qui plutôt pas mal ! Avec de la variété, en plus ! De la chronique, du bilan, de la chronique flash et un petit nouveau qui pointe le bout de son nez (je sais pas s'il reviendra, on verra) : Plouf ronchonne. A la base je voulais l'appeler Plouf est chonchon, mais avec la police d'écriture que j'avais choisi, on aurait dit que c'était écrit Plouf est chouchou, et ça faisait un peu concon. Ou coucou, comme vous voulez.

7 : le rythme de lecture a baissé ce mois, puisque je n'ai lu "que" 7 livres. Alors ça fait une grosse différence par rapport à Janvier, mais j'ai eu moins de temps, j'ai eu moins envie, je me suis pas forcée et j'ai fait quelques très bonnes lectures en plus !

Des kilos : d'enjaillements. Le 9 Février pour être précise (ne saluez pas ma soudaine formidable mémoire, je suis allée chercher mon agenda, j'ai aucun mérite), avec des amis, on est allés assister au concert d'un groupe appelé Neko Light Orchestra. Au programme ? Deux heures et demies de musiques. Quel genre ? Oh seulement des reprises des musiques du Seigneur des Anneaux (à deux doigts de verser une larme en plein milieu de la salle de spectacle, franchement, je me remettrai jamais de ces films) et de Game of Thrones dans la première partie et en seconde partie... Des reprises de musiques d'Harry Potter. Comment vous dire... C'était tellement trop bien, je sais qu'ils reviennent en Septembre et j'attends que les places soient mises à la vente pour me jeter dessus. ♥
S'ils passent par chez vous, franchement foncez, c'est vraiment trop cool !

28 : le 28 Février (outre le fait que ce soit l'anniversaire de ma petite Maman ♥), c'était le dernier jour pour voter en tant que jurés du PLIB pour élire les 5 finalistes ! Alors perso, j'avais déjà fait mon choix avant la date butoir, héhé. J'espère très fort qu'ils seront tous sélectionnés, parce qu'ils m'ont tous les cinq énormément plu !


1 : j'en ai rapidement parlé plus haut, mais je voulais lui dédier une "ligne" à lui tout seul, Plouf ronchonne a eu plein de retours hyper intéressants et je vous remercie de vos réactions ! J'aime trop débattre et partager (ou pas) des points de vue, tant que c'est fait dans la bonne humeur et vous avez été trop cools, donc merci ♥

2 : achats livresques en Février... Et les deux sont déjà lus ! Mais ça ne serait pas de la productivité ça (ou de la très mauvaise gestion des priorités vu que plein de livres des mois voire des années précédentes me regardent tristement sur mes étagères) ?!

30 : Début Février une personne très chère à mon coeur fêtait ses 30 ans. Ça a été l'occasion de festoyer avec les copains, c'était vraiment trop chouette ♥ (bon il y a un petit accident d'ouverture de lèvre inférieure et de bosse sur le front d'une amie à un moment, mais me demandez pas, aucune idée de comment c'est arrivé). Tout ça pour dire, mes copinous, c'est tellement les plus mieux ♥

7 : dans une semaine commencent les Oniriques, juste à côté de chez mooiiii ! Olala j'ai trop hâââe, pour une fois que j'ai pas à traverser la moitié de la France pour dépenser l'argent que je n'ai pas, je suis absolument ravie ! Il est possible qu'un petit carnet du festival fasse son apparition (une fois le truc achevé, forcément hein), parce que je serais accompagnée de Cha, et comment vous dire qu'il y en a pas une pour rattraper l'autre... Donc il se pourrait qu'on vive des aventures cocasses (pour les autres s'entend). Je vous tiens au jus. Heureusement on pourra compter sur Colinette et les formidables Kin et Kara pour nous sortir de situations grotesques, les filles vous avez la pression.

Quand on voit d'ici les trucs à la con nous venir dessus.

📚
Les musiques du mois

Mon article sur Twenty One Pilots n'ayant pas avancé d'un poil depuis des mois, on va faire comme si personne n'avait rien vu et on va parler des autres trucs que j'ai écouté.
Et comme une obsession ne s'en va pas si facilement de mon cigare, j'ai écouté très beaucoup I know you all over again, de Trixie Mattel (je vous en avais parlé le mois dernier déjà parce que je suis tombée amoureuse d'elle de ouf). Je me sens pas tellement concernée par "l'histoire" de la chanson (et c'est assez cool), pourtant ça m'a tellement touchée que j'en ai versé ma larmichette à la première écoute, c'est vous dire. Je l'aime elle est si talentueuse.
Par contre le zoom est un peu agressif, je vous préviens, mais c'est la vidéo live d'elle que je trouve la plus touchante donc c'est celle que j'avais envie de vous partager !


Et pour rester dans le même thème, je me suis ambiancé comme la fofolle que je suis sur une autre chanson de RuPaul (je vous en avais déjà présenté une en Décembre) : Born Naked. Elle me met une de ces patates, c'est parfait. Suis-je d'ailleurs en train de l'écouter présentement ? Mmmh possible.


📚
Les photos du mois

Encore un sacré suspense ce mois, puisque je ne me souviens plus de ce que j'ai pris en photo... Oui, ma mémoire devient un problème récurrent. Enfin, si, je me souviens de certaines choses quand même, mais toutes ne sont clairement pas diffusables sur un site où on pense encore que j'ai un peu de fierté.


Un samedi après midi avec ma Paquerette à Ikône (la base ♥), de l'amour dans le ciel lyonnais (entre deux grues), le beau temps, des affiches qui pètent et un Tardis au salon Yggdrasil et de la beauté du coucher de soleil. Franchement, je me souvenais de presque tout.

📚
Le bazar du mois

Ce mois je me suis pas trop trop baladé Youtube, par contre j'ai squatté de la salle obscure et Netflix.
Ça y est je suis à jour de RuPaul's Drag Race et All Stars. Tristesse, je vais devoir attendre pour en avoir plus, et c'est duuuur. J'en reparle vite fait, mais parce que c'est vraiment chouette. Pour une fois qu'on propose une "télé réalité" positive, qui véhicule des messages forts et bienveillants, c'est important de le signaler je pense. 

Siiiinooon, je me suis remise à Full Metal Alchemist Brotherhood, que j'avais arrêté pendant un moment parce que ça fait pleurer. Mais c'est un très très bon animé (par contre c'est violent/sanglant, je préviens, il y a du membre arraché), il est visuellement très beau, l'histoire est tiptopmoumoute et les persos sont formidables. Et puis je pense à ma petite Naomi quand je le regarde donc c'est encore plus bonus héhé ♥

Je vous mets l'opening de la "saison 1", qui est pour l'instant mon préféré ! 
(et qui vous spoile pas, je suis une personne sympa)

Sinon je suis donc allée au ciné, j'ai vu La Mule avec Bradou et Clint Eastwood, qui était pas trop mal mais sans plus, Green Book (qui a gagné trois statuettes aux Oscars !), que j'ai plus aimé mais sans décrocher le kiffdumois (mais à regarder pour les supers jeux d'acteurs !). J'ai aussi vu les Mondes de Ralph 2.0 que j'ai franchement trouvé bof (alors que j'avais énormément aimé le premier), certains messages véhiculés par le film m'ont tout simplement dérangés et alors le doublage VF... Il y en avait qui jouaient mal, je vois pas comment le dire autrement. Et pour finir je suis allée voir Dragons 3, devant lequel j'ai passé un très bon moment, mais n'étant pas spécialement fan des deux premiers comme beaucoup, je pense qu'il m'a sûrement moins touchée. Mais très bon film, je vous le conseille fortement. Voilààà pour mes avis ciné avec aucune objectivité en 15 secondes. Awi j'ai aussi vu Aquaman au tout début du mois, c'était vraiment pas top mais je me suis bien marrée... Mais pas pour les bonnes raisons, oupsie. Si vous l'avez vu (ou que vous vous en fichez de vous faire spoiler) et que vous voulez connaître mon avis, je vous invite à lire la chronique de l'Odieux Connard, qui dit tout ça bien mieux que moi, et en plus il est drôle !

Okay il est possible que j'ai également zéro objectivité lorsqu'il s'agit de l'OC.

📚
Mes 5 kiffs du mois

Ce mois est passé très très vite mais j'ai eu le temps de stocker du kif rolala. En voici donc 5 :
- Faire des crêpes avec les copinous (et les manger surtout).
- Assister à un concert vraiment trop top.
- Lire au soleil.
- Aller au resto et prendre des fous rire monstre (je suis désolée pour toutes les autres personnes venues manger ce jour là) ♥
- Aller voir Totoro au ciné.

Quand tu essayes de décrire à quoi ressemble Totoro.

Et bien voilàà, pour ce mois bien trop court et bien trop rempli ! On repart sur les chapeaux de roues (j'avais écrit les chapeaux de roux et je trouve ça rigolo donc je vous le partage) pour Mars qui promet d'être absolument pas reposant, bon sang que j'ai hâte !

Et vous, qu'est ce que vous avez fait ce mois ? Vous aussi vous avez juste eu le temps d'écrire Février qu'il était déjà passé ?

Hé non mon chat, Février c'est déjà fini !
Des bisoous, à viiite ♥

25 février 2019

[Plouf ronchonne] Pourquoi les adaptations d'oeuvres littéraires ne m'emballent pas.

https://ploufquilit.blogspot.com/2019/02/plouf-ronchon-adaptations-oeuvres-litteraires.html
Bonjour bonsoir !

Hier, j'étais sous la douche (si c'est important pour la suite !), et comme ce lieu est mondialement connu pour être le temple de la réflexion et des remises en question, c'est pleine de gel douche que je me suis rendue compte d'un truc absolument essentiel dans ma vie. Une épiphanie carrément. Avec des parties et des sous parties, parce que je suis formatée par la fac et que j'adore les dissertations (bonjour la fille aux loisirs curieux !) : plus le temps passe plus j'éprouve un rejet des adaptations d’œuvres littéraires. Et comme manifestement, il fallait que ça sorte de l'espace de ma salle de bain, je me suis dit que j'allais en parler ici.

Juste avant, je rappelle juste que ce que je dis n'est que mon ressenti propre et que je ne juge aucunement les gens qui ne sont pas d'accord avec moi. Ni que je dis que j'ai plus raison. On est tous différents, et c'est ça qu'est beau.



Les adaptations... Un biais pour découvrir un livre !
Je vais pas jeter la pierre direct, ça serait hypocrite de ma part étant donné que j'ai fait de belles découvertes via des films ou des séries (lève la main si tu as un jour prononcée cette célèbre phrase "ah mais c'est tiré d'un livre ?!"). Le Seigneur des Anneaux déjà. Et vu l'amour que je voue à cette saga, rien que pour ça je peux pas nier cet aspect positif des adaptations.
J'ai aussi découvert entre-autres Divergente (instant racontage de life : j'ai lu le dernier tome dans le train, et à un moment je me suis mise à chialer si fort que j'ai dû mettre mes lunettes de soleil pour pas trop me faire roder par mes voisins de rangée (Dieu merci il n'y avait personne à côté de moi), et autant vous dire qu'on a l'air gourde quand il y a des litres de larmes qui vous coulent sur les joues, du mucus qui vous sort du nez et des lunettes de soleil sur le pif alors qu'il fait nuit. Voilà, instant racontage de life refermée) et Hunger Games via les premiers films (même si à ce jour je n'ai pas vu le dernier HG ni les deux derniers Divergente).
Donc, je ne peux pas nier que c'est un très chouette moyen de découvrir une saga littéraire ou juste un roman. Surtout quand la réalisation est bien faite et fidèle.  
Et je vais en parler rapidement aussi, parce que pareil, je vais pas dire le contraire histoire d'être cohérente, déjà parce que vous savez très bien que je ne le suis pas (cohérente), mais il y a quelques films que j'ai plus aimé que leur matériel de base. Love, Simon par exemple. Parce que j'ai eu du mal avec le personnage de Simon à la base donc le fait d'avoir une narration cinématographique et forcément à la troisième personne, bah c'est mieux passé. De même que le 3.1 d'Hunger Games (Katniss me courant aussi sur le haricot), qu'apparemment je suis une des seules à avoir aimé, allez savoir. Et aussi, et là je pense pas que j'ai d'explications vraiment rationnelles, mais il me semble que que je préfère les films aux livres... Harry Potter. Pour être très honnête c'est possible que ça vienne du fait que je sois amoureuse de Daniel Radcliffe depuis mes 10 ans. Enfin... Ça dépend des tomes aussi. Enfin vous voyez le truc (bon je sais que personne ne voit, je vois pas non plus, mais soyez gentils et opinez du chef, ça me fera plaisir).
Donc, les adaptations, des fois c'est cool. Mais.

Quand il y a un 'mais'.

Les adaptations... Vache à lait de producteurs peu intrépides.
Ce qui me fait grincer des dents, c'est le fait d'utiliser un succès littéraire et donc de compter sur des milliers ou même des millions de lecteurs pour aller voir le film.
Et le problème c'est que la plupart du temps (attention, il y a toujours des exceptions pour venir confirmer la règle ! D'ailleurs, si vous en avez qui vous viennent à l'esprit, hésitez pas à me le dire en commentaire, histoire de me prouver à quel point j'ai tort), on se retrouve avec des films/des séries franchement pas terribles parce qu'on a coupé dans le lard l'histoire pour que ça tienne sur 2h, qu'on comprend plus rien à ce qu'il se passe si on a pas lu le livre et que bien souvent le propos de l'auteur/l'autrice se perd dans les effets spéciaux et les explosions (là je pense à Mortal Engines).
Et quand j'ai lu le bouquin, je me retrouve à sortir de la salle de ciné complétement énervée. Par exemple avec Divergente 2 là... J'attends toujours qu'on me dise que c'était une blague. Ou même Georgia Nicolson où les scénaristes ont réussi le prodige de caster une Jas (la meilleure amie de Georgia) qui N'A PAS DE FRANGE. Alors comme ça vous pouvez vous dire, mais qu'est ce qu'elle a l'autre, faut qu'elle pète un coup, ça va c'est qu'une frange. Mais c'est à dire que quand le personnage est défini par deux éléments principaux, le fait qu'elle mette des culottes méga couvrantes et qu'elle ait une PUTAIN DE FRANGE (Georgia l'appelle Miss Frangette une fois sur deux. Sur 10 bouquins, ça fait pas mal d’occurrences quand même), je trouve que ça m'autorise à être un peu chonchon. Voyez pourquoi j'ai du mal avec les adaptations, c'est mauvais pour mon cœur.
Et puis... On en parle des adaptations de romans vraiment pas tops mais qui ont marché (coucou Fifty Shades !) ?
En fait ce qui me rends triste c'est de constater à quel point les gros producteurs (Hollywood pour pas le citer) sont pratiquement plus capables d'accepter des scénarios originaux. Ça reviendrait à prendre trop de risques, alors qu'un livre qui a très bien marché, on s'assure d'un certain succès, vu que l'auteur/l'autrice a déjà fait presque tout le boulot.
Du coup à chaque fois qu'on m'annonce une sortie de film/série adaptée d'un roman, à chaaaque fooois, je serre les dents et me demande comment je vais être déçue. Oui je sais c'est triste. Mais relativement réaliste.

Merry est d'accord avec moi !

Les adaptations... Laissez mes bouquins préférés tranquilles sivouplaaait
Et là, je vais parler vraiment de mes gouts personnels. Déjà que cet article est subjectif, cette partie, il y a rien à sauver.
Pour la faire courte, je rejette complétement toutes les adaptations qui ont pu être faites/qui pourront être faites de mes livres favoris. Ouais carrément, la fille pas extrême du tout. Mais voyez-vous quand j'aime si fort, il est obligé que l'adaptation ne soit pas aussi bien. Qu'on y perde.
Je pense notamment à Bottero et à l'adaptation en BD d'Ewilan et d'Ellana. Ce n'est pas que je voudrais voir ces BD arrêter de circuler ou je ne sais pas quoi (ouais parce qu'entre être contre et vouloir censurer, on est pas dans la même dimension hein !), c'est juste que pour moi, les mots de Bottero sont si beaux, si importants, qu'il est impossible que n'importe quelle adaptation arrive seulement à la cheville de l'original. Et puis, ce monde, il est tellement précis dans ma tête, il est parfait, je ne veux pas voir, enfin plutôt, je n'ai pas besoin de le voir adapté. C'est comme adapter de la poésie pour moi, c'est pas possible parce qu'on y perdra toujours au change. C'est pour ça que je fais la gueule avec la sortie prochaine de la série sur A la Croisée des Mondes (même avec James Avoy, même validée par l'auteur, bah ça m'emmerde, voilà).



En fait, je crois que j'aime les adaptions pour découvrir des histoires et des romans. Mais quand c'est dans le sens inverse, nopnopnop. Plouf rouspète.
OU ALORS.
Et ça sera ma question d'ouverture (oui je suis formatée jusqu'au bout), est ce que ça serait pas encore mieux de proposer une adaptation absolument pas fidèle de l’œuvre en étant complétement assumé (ça y est vous vous dites que j'ai pété un boulon, mais attendez, laissez moi étayer mon propos hasardeux). Comme une fan-fiction, mais en film ou en série. Genre, merci pour votre univers et vos personnages et votre histoire, nous on va récupérer les deux premiers, et transformer l'histoire en Histoire. Vous voyez ? Proposez une histoire originale avec des bases déjà définies. Là comme ça, je n'en vois pas (ou alors seulement en jeux vidéos, mais je parlais uniquement du médium cinémato-télévisuel (et de BD aussi rrroh ça va) alors ça compte pas trop), alors si vous en avez en tête, je serais très curieuse de les connaître !

Ouii je veux savoooir !

Voilà.
Merci à tous d'avoir pris le temps de lire cette réflexion sortie tout droit de ma salle de bain.

Vous en pensez quoi vous ? Team adaptation ou team laissez nous avec l'original ? Ou team les deux ?  Ou team j'en ai ranafout de tes questions philosophiques à deux ronds ma pauvre fille ?

Allez cette fois, je vous laisse, on se retrouve vite pour un bilan, parce que ce mois de Février est passé bien trop vite.

Je vous fais des câlins, à vite ♥


Si tu veux aller plus loin et que le sujet t'intéresse :
- Le Huffington Post soulève certaines questions et aborde des points que j'ai évoqué, mais de manière moins bordélique.
- The Atlantic se pose la question des problèmes autour des adaptations en prenant l'exemple d'Hunger Games et sa conclusion est tout à fait intéressante (et pas la même que la mienne, parce que j'ai lu tout ça après avoir écrit mon pavé) ! Par contre c'est en anglais.

Et pour finir, petit jeu, sauras-tu retrouver de quelle adaptations de livres viennent les gifs ?! Héhé.

22 février 2019

Rouille - Floriane Soulas (#PLIB2019)

https://ploufquilit.blogspot.com/2019/02/rouille-floriane-soulas-plib2019.html

Chère Violante,

Ton histoire faisait partie de celles que j'avais un peu peur de commencer, tu comprends, tout le monde (ou presque) en disait du bien, alors c'est toujours un peu intimidant, j'ai toujours peur d'être déçue moi après, et la déception, c'est un peu nul.
Mais fiooou, on souffle fort par la bouche (si vous vous demandez par quel autre endroit on peut souffler, je vous laisse dans votre doux monde innocent), parce que soulagement, pas de déception ! Je fais donc partie de la team 'je fais stresser ceux qui ne l'ont pas encore lu parce que l'ai aimé' hahahahahaha.
Bon, et si on en parlait un peu plus en détail ? Bah voui ça pourrait être une idée qu'elle est bonne, surtout que c'est un peu le principe de mon blog hein. Enfin, vu comme mon cerveau fait bien ce qui lui chante, vous allez voir d'ici le mois prochain, je vous écrirai des recettes de cuisine (ce qui est une mauvaise idée vu mon manque d'enthousiasme pour la catégorie sus-nommée ("mettez les pâtes dans l'eau bouillante, oubliez pas le sel, égouttez (j'avais noté essorez à la base et ça me paraissait curieux, j'ai dû aller vérifier sur Google pour être sûre (c'est vous dire le niveau)) et bon appétit" (remarquez ça serait peut être plus constructif que ce que je raconte (en tous cas ça comporterait sûrement moins de parenthèse)))).

Quand t'oublies de saler tes pâtes.

De quoi ça cause ?
Dans un Paris à la fin du XIXe plein de vapeurs, de rouages et de boulons, Violante est une prostituée. Elle a perdu la mémoire et pendant qu'elle essaye de se souvenir de qui elle est, elle survit du mieux qu'elle peut en tant que Duchesse aux Jardins Mécaniques. Et puis un jour, une de ses rares amies disparaît. Et Violante se lance à la poursuite de ses bourreaux (pas les siens, ceux de son amie rrrroh), aidée notamment par Léon et Jules.


Ouii Max merci pour ton enthousiasme face à mon résumé !

Du bon steampunk qui fait tousser !
Plouf aime le steampunk, bien que je n'en lise pas assez. J'étais donc tout à fait contente de le retrouver dans ce roman. Le mélange entre l'histoire (avec un grand H) et toutes ces mécaniques, ça me fait kiffer. On sent les engrenages qui rouillent (est ce que c'est un jeu de mot déplorable avec le titre ? C'est bien possible), tout ce charbon noircir les quartiers les plus pauvres et parmi tout ça on voit Violante évoluer.
La lune a été prise d'assaut et on utilise du métal qui vient de là haut pour construire des bâtiments (dont certains sont un peu connus (genre une tour notamment)), mais aussi des automates qui rendent bien service. On jette le métal qui ne sert plus et ça fait des cimetières, des labyrinthes de déchets dans les quartiers pauvres. C'est carrément cool (enfin pas pour la pauvreté et le charbon qui abîme les poumons hein, me faites pas dire c'que j'ai pas dit) et bien dépeint.

Quand tu kiffes l'univers que tu découvres.

Un univers pas tendre avec ses personnages.
Déjà Violante. Coincée dans un bordel sans mémoire, fatiguée, usée et privée de sa meilleure amie, franchement on pourrait la plaindre. Elle pourrait se plaindre. Et c'est ça que j'ai aimé avec ce personnage en fait. Elle ne se plaint pas. Elle avance, elle continue. Elle fait des erreurs, elle regrette peut être mais on ne verse jamais dans le pathos. Et pourtant mimine elle en prend plein la gueule.
De même pour Jules, qui a un passé plutôt pas très marrant, jamais on en a pitié. Ce qui est assez cool parce que le tire-larme toussa ça a tendance à me gonfler.
Et si vous pensez que les personnages en ont assez pris dans la tronche, attendez de voir comment tout ça évolue (spoiler c'est pas jojo). Du coup je vous conseille éventuellement de vous préparer un peu psychologiquement si vous aimez pas trop les trucs cracra parce que c'est pas toujours très propre (à défaut d'adjectifs plus imagés).


Un récit à mille à l'heure.
Pas le temps de s'ennuyer avec Violante ! Et dès qu'elle trouve le temps de dormir trois secondes, hop, changement de point de vue, on suit Léon ou Jules, ou un autre mystérieux personnage !
L'histoire ne s'arrête jamais ce qui provoque cette curieuse maladie 'bon encore un chapitre' qui fait que tu te couches à trois heures du mat' (ou pour mon cas que tu passes ton après midi à lire et te mets presque en retard pour aller au resto (mais je suis la reine de la synchro, j'ai fini pilepoil pour partir !)).
Et le pire c'est que ça va crescendo donc si déjà vous avez du mal à poser votre bouquin au début, je vous conseille de poser direct une RTT si vous bossez le lendemain matin (si vous le lisez le soir je veux dire, mais je suis sûre que vous voyez ce que je veux dire). Parfois on bloque même son souffle quelques secondes parce que tout ça est un peu stressant (cf. fin de paragraphe précédent) (et qu'ils courent tous tellement partout que ça me fout de l'asthme).

Je suis plus team je m'assois et je bouffe que team coureuse, voyez.

Tout ça pour dire ?
Des personnages super cools, un univers mystérieux, une enquête qui donne envie de tourner toutes les pages maintenant, vite vite vite je veux savoir, oui oui j'ai passé un très très bon moment avec ce roman (et cette phrase est sponsorisée par le doublage/triplage de mots)
Oui, on pourrait lui reprocher quelques facilités, Léon est un poil trop gentil pour son métier, le méchant est un peu trop méchant (maintenant je pense direct à Kin et Kara quand je dis ça) mais ça m'a pas dérangée du tout. Ranafout j'ai kiffé. Le seul truc qui m'a posé problème (vous allez voir le truc), c'est que j'ai eu du mal à me visualiser clairement le dôme au dessus de Paris. Voilà. Ah et si quand même un truc, mais c'est pas la faute de l'autrice. Mais ces coquiiiilles boudiou ! Plein de soucis dans la mise en page qui me faisaient sortir du roman quand j'étais à fond c'était vachement frustrant !
En fait vous savez ce que je reproche le plus à ce roman ? J'aurais aimé qu'il se passe à Londres. Parce que Londres ça pète encore plus que Paris. Oui je sais Lecteur Aléatoire, c'est complètement con. Oui je sais aussi que c'est pas un gros reproche, écoute, j'ai aimé j'ai aimé à un moment, lâche moi le slip.
Très clairement il fait parti de mes favoris pour le PLIB ! Et je ne m'y attendais pas ! Enfin, je m'y attendais, mais pas à ce point, donc je suis tellement contente ! Premier gros kiff de Février, carrément (et pas le dernier (olalala teasing !))

Et je file prudemment avec mes chaussures. Tchô


Pour le PLIB : #ISBN9782367406060

16 février 2019

Chroniques Flash #4 (avec des bouts de #PLIB2019 dedans)

Chroniques Flash PLIB 2019 Plouf qui lit Lectures

Bonjour bonsoir !

J'ai lu en Janvier. Beaucoup. Je pense pas "battre ce record de lectures" en 2019 d'ailleurs. 18 lectures. Dix huit. Bon il y a quelques BD/comics/romans graphiques qui se sont glissés dans le compte, certes.
Enfin, comme ça a été un mois varié, plein de genres, de belles découvertes et de quelques déceptions, je me suis dit que ça pourrait être cool de vous en parler ! Alors je ne pense pas lister les 18, je vais surtout parler de ceux... Dont j'ai envie de parler. Ouais non mais il y a une certaine logique jusque là.

7 février 2019

Terre de Brume #1, le Sanctuaire des Dieux - Cindy Van Wilder (#PLIB2019)

https://ploufquilit.blogspot.com/2019/02/terre-de-brume-cindy-van-wilder-plib2019.html

 Chères Inti et Hera,

Je dois avouer que j'étais un peu stressée au début de ma lecture. Il faut dire que malheureusement je n'avais pas accroché à certains romans de l'autrice. Du coup la pressiiiion. Et pour le coup je remercie encore une fois le PLIB, parce que pas sûre que je ne lui aurais donné sa chance sans ça. Alors que c'est trop con. Encore fois, cette lecture m'a démontré qu'il ne faut jamais dire jamais, qu'il faut persévérer et que le clafouti aux cerises c'est la vie (l'une de ces trois affirmations n'a rien à voir, je vous laisse réfléchir). Donc, qu'est ce que je disais moi ? Ah oui. Bah c'était bien, Plouf contente.
Voilà, j'ai fini, à la prochaine !
Non j'déconne, j'ai encore des plein de mots qui ont pas de sens qui veulent sortir pour tenter d'étayer mon propos. Allez, zou, c'est parti !

Ouii Jake est emballé ♥

De quoi ça cause ?
Eh bien Jamy c'est très simple ! Nous sommes propulsés dans un monde remplit de brume. Mais pas de la jolie brume londonienne, non. Là on est plutôt sur de la saloperie de brume légèrement mortelle. Légèrement. Et pour décrire ça avec mes mots nazes, la brume est devenue comme un océan sur lequel certains naviguent pour se rendre d'un sommet de montagne (qui, du coup, est devenu une île (ouais je suis pas sûre que ça soit clair clair, déso, va falloir lire le bouquin pour comprendre (ou trouver une personne plus douée que moi pour les résumés (mais dans le doute lisez le bouquin quand même)))). Sur une de ces iles/sommet de montagne vit Inti. Sur une autre vit Héra. Elles ne sont pas censées se rencontrer, elles ont des pouvoirs complétement antagonistes et pourtant il va falloir compter sur elles pour empêcher que la Brume prenne le pouvoir. Rien que ça. Allez les filles, on se remonte les manches, et on y va !



Quand la brume cache un univers intriguant
Ça commence dès le prologue. Il s'est passé quelque chose, il y a des gens qui ont déconné et d'un coup, la brume s'est levée (on dirait le début d'une chanson du groupe Manau là). Et tout le long, on va en apprendre un peu plus sur ce qu'il s'est passé, sur comment c'était avant, sur comment c'est maintenant et pourquoi. J'ai trouvé ça passionnant, Plouf aime les univers qui fourmillent de détails ! Et rajoutez là-dessus une bonne dose d'inspiration mythologie grecque (par exemple une des filles s'appelle Héra) et je suis conquise !
Toutes mes interrogations n'ont pas trouvé de réponses, ce qui fait que j'ai d'autant plus hâte d'en apprendre plus avec le tome 2 !
Ah et je vous ai parlé de la magie dans ce monde ? Elle est trop cool. Je veux pas trop vous en dire parce que c'est quand même trop chouette de le découvrir, mais on aurait pu trouver une utilisation "classique" de cette magie, mais non. C'est original et surtout c'est bien fait.



Inti et Héra, vous voulez pas être mes copines ?
Alors, bon je vais vous avouer un truc (on dirait que je vais confesser un truc de fou, alors que franchement non, hein, vous emballez pas trop non plus) : j'ai préféré Intissar à Héra. Je trouve que ça fait du bien de trouver ce genre de personnage dans les romans jeunesses/YA (je savais pas trop dans quoi le ranger et Livraddict me dit jeunesse et Goodreads me dit YA, donc MERCI LES MECS), posée et réfléchie. Chose qui me dérangeait un peu avec Héra au début, je la trouvais un peu trop impulsive. MAIS. Figurez vous que la petite, elle évolue dans le roman. Elle apprend et elle réfléchit et tout, sans pour autant devenir complétement son contraire, hein. Non mais je dis ça de manière ironique mais ça m'est arrivé plus d'une fois de croiser des romans avec des personnages dans l'un de ces excès. Et ça m'agace prodigieusement. Et Plouf pas agacée là ! Plouf contente ! Yipyip Plouf sautille de joie !

Voilà comme ça, à peu près.

Quand tu dois arrêter ta lecture pour reprendre ta respiration à la place des héroïnes
Les pauvres quand même ! Moi je serais elles, une fois tout ce bordel résolu, je disparais pendant six mois, histoire de me remettre de mes émotions et de DORMIR. Parce que le sommeil, c'est important. Et n'oubliez pas vos cinq fruits et légumes par jour. Et hydratez vous ! Et préparez vous aussi psychologiquement quand vous lirez ce roman, parce que les filles, elles en prennent plein la gueule. C'est parfois injuste, c'est parfois dur, mais ça ne rend l'histoire que plus humaine et plus touchante. Donc je ne suis qu'un cinquième chafouinée. Disons juste que de temps en temps j'aurais voulu leur faire des calins réconfortants.



Tout ça pour dire ?
Eh bien, c'était une très bonne lecture, merci encore le PLIB ! Ok pour pinailler, on pourrait dire que parfois on retrouve des codes déjà vus dans d'autres romans ou que quelques personnages manquent peut être un peu de subtilité (je pense au méchant un peu trop méchant), mais franchement, c'est bien parce que j'aime pinailler. Appelez moi Plouf la pinaillette.
Voilà pour moi. Très clairement ce roman se retrouvera dans mon top 5 du PLIB héouais.

Et si vous voulez en savoir plus, hop je vous invite à lire la chronique des copines Kin et Kara ! (et je vois donc qu'on a utilisé mot pour mot la même expression pour qualifier le méchant, et promis j'ai pas copiey !)

Et tel Jake, je disparais  ! A plus ♥


Et pour le PLIB : #ISBN9782700259230